← Les beaux objets du Patrimoine

10. Un simple toupin.

Publié le 17 novembre 2019 dans Les beaux objets du Patrimoine

Le vieux toupin que le temps a usé, ressoudé de nombreuses fois.

    Les vieilles cloches, en bronze ou en tôle martelée, nos toupins, ont cet avantage inestimable sur les neuves, qu'elles ont vécu. Dont le son a retenti là-haut dans les pâturages, qui ont été frottées contre un arbre ou directement contre un mur de pierre sèche, et parfois avec quelle intensité, et même avec rage, comme si la bête voulait s'en séparer. 

    Elles ont fait partie de ce que l'on appelle l'économie alpestre. Certaines, mais les laisserait-on encore pendues au cou des vaches, ont des demi-siècles d'existence. Cela correspond à autant de saisons d'alpage. L'amodieur, pour peu qu'il ait l'oreille, les reconnaît toutes. Ainsi sait-il de manière exacte où se trouve le troupeau, et puis même une bête qui s'en serait séparée pour aller se perdre quelque part sous les grands sapins. 

    Ces vieilles cloches, les collectionneurs, les dédaignent. Ils préfèrent ces belles polies, lustrées, éclatantes, avec des cuirs décorés flambants neufs. Des cloches certes d'une qualité irréprochable et dans la plupart des cas d'un son parfait. Mais voilà, celle-ci n'ont pas encore vécu. Donc elle ne vous parlent pas, ou si peu. Elles sont de pure  décoration. 

    Nous leur préférons, et Ô combien, les vieilles cloches avec leur métal martyrisé, rapiécé même parfois, et avec leur cuir usé. Celles-là, qui véritablement ont une âme, comme elles vous parlent. 

    On trouvera plus bas nos fabriquants de cloches combiers. Ceux-là même qui ont contribué à la légende. Ces Golay, Mouquin et Aubert. 


(PDF)  10. Cloches du Patrimoine