← Retour à toutes les catégories

Vieilles bornes, vielles pierres et vieux chemins

    Nos vieilles bornes méritent notre respect. Elles sont des éléments importants, quoique souvent discrets, de notre histoire. On les trouve un peu partout, sur la frontière, les plus belles généralement, au coin des champs, au bord des routes, dans des endroits parfois étonnants. 

    Leur recensement complet nous prendra quelques années si ce n'est plus! 

    Des ouvrages existent déjà qui nous en parlent. On citera notamment: 

    - Jean-François Robert, Vieilles bornes en pays de Vaud, 1980 - ne concerne pas spécifiquement la Vallée mais offre une excellente introduction à ce sujet - 

    - Jean-François Robert, Pierres gravées et symboles, 1987 - idem - 

    - Jean-François Robert, Bornes inexpliquées en Pays de Vaud, s.d. - idem - 

    - Olivier Cavaleri, Histoire de bornes, à la découverte des bornes-frontière du Jura vaudois, balades - découvertes - histoire, Slatkine, 2011 - excellent à tous points de vue -. 

    Il est très possible qu'il existât d'autres ouvrages de ce type que nous ne connaissons pas. A nous signaler. 

    L'un dans l'autre chacun des auteurs rend hommage à ces pierres taillées qui parsèment notre pays et qui ont en général une très longue histoire, résultant de problèmes de propriétés, de limites, d'indications ou d'interdictions  pratiques telles que celles offertes par les pierres à sabots que l'on ne trouve toutefois pas sur le territoire de la Vallée. 

    Mais la pierre taillée ne s'arrête pas aux bornes. Il y a bien sûr celle que l'on utilise pour les bâtiment, magnifique et que l'on ne regarde même plus. Il y a celles, dans ce domaine, que l'on trouve sur les linteaux de porte et qui, souvent, offrent de découvrir une date, des initiales, parfois des armoiries. 

    Et nous incluons aussi dans cette rubrique, de manière toute naturelle, les vieux chemins, dont certains, justement, tel celui ancien de la commune du Lieu, sont encore bordés par des bornes, malheusement la plupart couchées, voire même brisées. Il conviendrait donc de veiller à cela, de restaurer, réparer et remettre en place quand cela est possible. C'est aussi là l'une des tâches du patrimoine, de tout faire pour que cet aspect de notre histoire soit respecté et mis en valeur. 

    Il y a certes du boulot sur la planche. Mais cette part de notre action peut se révéler passionnante. Et toutes ces bornes, toutes ces pierres, et même ces vieux chemins, sont surtout appelés à durer.  



1. La vieille borne de 1822 encastrée dans le mur du cimetière de l'Abbaye
2. L'entrée du jardin arrière de la cure de l'Abbaye.
3. Nos prédécesseurs aimaient le beau
4. L'empierrement de la Lionne.
5. Une vieille borne mystérieuse à l'Abbaye.
6. Trois pierres tombales contre la tour de l'Abbaye.
7. Qu'est devenu le tombeau de Vinet Rochat ?
8. Une tour à restaurer.
9. Le vieux pont de la Lionne à l'Abbaye.
10. D'où proviennent les vieilles pierres de l'Abbaye ?
11. Intra-muros, extra-muros, des remparts bien énigmatiques...
12. Archéologie Auguste Piguet.
13. Le professeur Auguste Piguet se passionne pour les vieilles pierres de l'ancien couvent de L'Abbaye.
14. La Tour de l'Abbaye vue par le professeur Piguet.
15. Des pierres à sauver.
16. Des meules de moulin au bord d'une route.
17. Les murs de soutènement du chemin en S conduisant du chalet de la Petite-Dent-Dessous au chalet de la Petite-Dent-Dessus.
18. Le mur de pierre sèche de la Dent.
19. Le ou les quais du Pont.
20. La pierre percée de l'Epine-Dessus
21. De vieilles pierres à sauver.
22. Mais que sont devenues les pierres de taille qui soutenaient autrefois l'esplanade de l'Hôtel de Ville ?